DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les mouvements pro-avortements déçus par le silence du Conseil de l'Europe

Vous lisez:

Les mouvements pro-avortements déçus par le silence du Conseil de l'Europe

Taille du texte Aa Aa

Selon le rapport présenté cette semaine devant l’Assemblée parlementaire du Conseil, la légalisation de l’avortement en Roumanie et en Albanie – au début des années 90 – a entraîné une diminution considérable de l’indice de mortalité maternelle. L’avortement est toujours interdit à Malte, en Irlande, au Portugal et en Pologne. Les associations pro-avortement ont donc regretté que le Conseil de l’Europe ne recommande pas à ces pays de revoir leur législation.

Rebecca Gomperts est médecin sur le “bateau de l’avortement”. ELle fait partie de l’association “Women on waves” :“Au Portugal, 25 000 avortements illégaux sont pratiqués chaque année. Il y a 150 fois plus de risques de mourir suite à l’intervention que pour une femme qui avorte aux Pays-Bas. Par ailleurs, le Portugal est le seul pays de l’Union européenne à persécuter activement les femmes. Elles vont en Espagne, mais celles qui n’en ont pas les moyens n’ont pas d’autre choix que de tenter de pratiquer un avortement elles-même en se jetant dans les escaliers, à l’aide d’aiguilles à tricoter, ou en s’adressant à des personnes qui ne sont pas formées. La situation en Pologne est similaire. L’an dernier, suite à une pétition d’une association de femmes, le “bateau de l’avortement”, véritable clinique flottante, s‘était rendu en Pologne. Il avait reçu un très mauvais accueil des militants anti-avortement.