DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Opel : les salariés de Bochum poursuivent la grève lundi

Vous lisez:

Opel : les salariés de Bochum poursuivent la grève lundi

Taille du texte Aa Aa

Plusieurs milliers de salariés de l’usine du constructeur allemand Opel à Bochum ont prolongé lundi leur mouvement grève pour le 5ème jour consécutif pour dénoncer les milliers suppressions d’emploi décidées par l’américain General Motors, propriétaire de la marque Opel. Il s’agit d’une grève sauvage. Le site de Bochum dans la Ruhr emploie 9.600 salariés et serait touché par les 10.000 suppressions d’emplois annoncées par le groupe américain chez Opel.“Nous nous soutenons les gars ici : complètement, affirme un syndicaliste de IG Metall, mais je veux souligner que des négociations sont en cours avec la direction et nous espérons arriver à un résultat positif”. Le nombre de suppressions d’emplois chez Opel à Bochum et Russelsheim serait de 8000 : 4.000 dans chaque usine, ce qui signifie évidemment des licenciements. Pour la majorité des ouvriers d’Opel il n’en est pas question.“Nous allons rester là et continuer à défendre notre cause affirme un salarié de Bochum jusqu‘à ce que General Motors renonce aux licenciements causés par la situation économique”.Même si les usines d’Opel en Europe ne travaillent pas à flux tendu, le bon fonctionnement de l’usine de Bochum qui fabrique notamment des pièces détachées pour les usines européennes du constructeur allemand, est primordial. La grève de l’usine de Bochum est une grève sauvage, c’est extrêmement rare en Allemagne. Il est probable que le syndicat IG Metall a été débordé par la base. A plusieurs reprises, le site de Bochum a connu des réductions de personnel depuis les années 80.