DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Opel : reprise du travail à Bochum sur fond de négociations

Vous lisez:

Opel : reprise du travail à Bochum sur fond de négociations

Taille du texte Aa Aa

Le conflit social chez le constructeur automobile allemand Opel, s’est apaisé mercredi avec la reprise du travail après une grève sauvage de six jours sur le site de Bochum. 6400 des 9600 salariés de cette usine ont voté pour la fin du mouvement entamé pour dénoncer d’importantes suppressions d’emplois. Pour adoucir les grèvistes de Bochum, Opel avait fait un geste mardi en promettant de rendre les suppressions d’emplois socialement supportables, excluant implicitement des licenciements secs.La reprise du travail été saluée par le chancelier Schroeder comme une décision sage. “Moi je suis content que nous ayons règlé cela d’une façon démocratique, explique un salarié de l’usine Opel de Bochum. Le message est clair : il faut négocier”. “Tout est foutu. C’est clair, affirme un autre. A mon avis le site de Bochum n’en a plus que pour 4 ou 5 ans à vivre“General Motors, le N°1 mondial de l’automobile, propriétaire de la marque Opel prévoit 10.000 suppressions d’emplois en Allemagne dont 4.000 auraient lieu à Bochum. les partenaires sociaux doivent à présent régler les détails de ce plan de restructuration. Le plus dur reste à faire.Chez Porsche : autre constructeur allemand, l’heure est également à la réduction des effectifs, mais par le biais de départs naturels, a expliqué le président du directoire du groupe qui ajoute vouloir adapter Porsche à une situation durable de dollar faible en visant des gains de productivité annuels de 6% et en réduisant les coûts salariaux.