DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les électeurs américains ont choisi. L'Europe doit faire avec

Vous lisez:

Les électeurs américains ont choisi. L'Europe doit faire avec

Taille du texte Aa Aa

C’est en substance le message du premier ministre britannique Tony Blair à ses partenaires les plus réticents. Même si l’Europe reste divisée entre partisans et opposants à la politique de George Bush, un renforcement des liens transatlantiques est bel et bien envisagé par les Vingt-Cinq. L’heure est donc au pragmatisme, y compris en France. La réaction de Rockwell Schnabel, ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union:

“S’il y a un changement d’attitude de la France envers les Etats-Unis, j’imagine que nous y répondrons comme il se doit. La France a été un interlocuteur particulièrement difficile. L’Allemagne est clairement en train de changer d’attitude, et nous y réagissons positivement. Nos liens avec la France remontent à de très nombreuses années, et nous espérons bien évidemment qu’ils seront restaurés. Les relations commerciales avec la France fonctionnent plutôt bien. Il y a quelques problèmes de leadership, au niveau politique. Mais une fois encore, il y a un forte volonté de rétablir tout cela au plus vite. Et je suis confiant, cela viendra avec le temps.” Que l’Europe de s’affirmer sur la scène internationale. Le Luxembourgois Jean-Claude Juncker est plutôt pour, mais cela ne doit pas passer par une logique d’opposition: “Les gouvernements de l’Union européenne doivent coopérer avec tous les présidents américains quels qu’ils soient et avec toutes les administrations quelles qu’elles soient. Nous connaissons Monsieur Bush, il nous connaît, et je crois que des deux côtés de l’Atlantique, on a bien compris qu’il faudra que nous approfondissions les relations transatlantiques pour les sortir du statu quo qui n’est pas tout à fait satisfaisant.”