DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Oui, l'Irak peut compter sur le soutien appuyé de l'Europe

Vous lisez:

Oui, l'Irak peut compter sur le soutien appuyé de l'Europe

Taille du texte Aa Aa

A l’issue de leur sommet, les dirigeants européens ont fait taire leurs divergences et présenté un front uni, énumérant leurs engagements. 300 millions d’euros pour la reconstruction du pays et l’aide humanitaire. 30 millions supplémentaires pour préparer les élections de janvier. Et la promesse de participer à la formation de la police et du personnel administratif irakien.

Convié à la table des chefs d’Etat et de gouvernement, le premier ministre irakien, qui assure l’intérim, s’est dit très heureux de l’appui européen. Une façon aussi pour Iyad Allaoui de faire oublier ses propos controversés sur les pays spectateurs, en clair les pays comme la France et l’Allemagne qui refusent catégoriquement de s’engager militairement. Signe des rapports tendus, en particulier avec la France, Jacques Chirac a pris le départ pour les Emirats arabes unis avant l’arrivée d’Iyad Allaoui. Mais pour le président français, il n’y a aucune volonté de boycott: “Je n’ai jamais refusé de rencontrer le Premier ministre Allaoui. Je l’ai d’ailleurs rencontré aux Etats-Unis au moment du G8. Le Premier ministre Allaoui a sa personnalité, il a parfois des propos qui peuvent séduire plus ou moins. Je n’ai aucun problème avec les autorités irakiennes.” Pour couper court aux rumeurs, Jacques Chirac a invité le président irakien à venir le voir à Paris. Les Vingt-Cinq ont aussi évoqué la situation au Proche-Orient et exprimé leur solidarité avec le peuple palestien. Ils s’engagent à oeuvrer à la création d’un Etat palestinien.