DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Macédoine : un référendum controversé

Vous lisez:

Macédoine : un référendum controversé

Taille du texte Aa Aa

Oui ou non à la loi de décentralisation : les Macédoniens se prononcent dimanche grâce à un référendum que l’opposition a tout fait pour organiser. Cette loi est considérée comme la finalisation de l’accord d’Ohrid, accord qui a mis fin en août 2001 à sept mois de conflit entre l’armée macédonienne et des extrémistes albanais.

Mais la loi augmente le pouvoir des Albanais selon l’opposition. “Même si le non l’emporte, pense un habitant de Skopje, les Albanais auront encore d’autres exigences”. “Nous faisons toujours des concessions aux Albanais, renchérit un autre homme, mais ce référendum pourrait leur dire, c’est assez !” C’est le nouveau découpage des municipalités que prévoit la loi de décentralisation qui devrait avantager la minorité albanaise. L’albanais deviendrait aussi la seconde langue officielle à Skopje, la capitale de la Macédoine. Le fond du problème est ailleurs, estime pourtant un analyste politique : “La pauvreté et l’insatisfaction causée par la politique économique qui n’arrive pas à régler la profonde crise sociale ont mené à ce référendum. Bien sûr, il y a des problèmes ethniques mais ce n’est pas la raison principale”. La communauté internationale met en garde : selon elle, un échec de la loi retarderait l’adhésion de la Macédoine à l’Union européenne et à l’Otan.