DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La banquise à l'Arctique de la mort

Vous lisez:

La banquise à l'Arctique de la mort

Taille du texte Aa Aa

Le réchauffement climatique, c’est une peste qui ronge la banquise et qui inquiète les chercheurs. Dans un rapport très attendu commandé par le conseil de l’Arctique, 300 chercheurs internationaux tirent la sonnette d’alarme. 4 ans de travaux, pour parvenir à cette conclusion : la situation actuelle est pire que prévu. D’ici la fin du siècle, la banquise pourrait diminuer de moitié. L’Arctique, où le réchauffement a été plus important que partout ailleurs, va connaître une hausse moyenne des températures de 4 à 7°.

Un changement climatique aux conséquences pas toujours négatives pour l’homme, selon un chercheur : “La première conséquence de la réduction des glaces est que ça va ouvrir des voies de navigation. La première autour de la Russie, on l’appelle la route de la Mer du Nord. Ca a toujours été un rêve pour la Russie et pour son développement. Mais pour les populations autochtones qui vivent de la terre, de la glace, c’est un désastre”.

Un désastre, et un bouleversement pour le reste de la planète, la fonte de la banquise va entraîner une hausse du niveau des mers, voici la physionomie de New York dans un siècle. Et toutes les villes côtières connaîtront le même sort.

Il est urgent d’oeuvrer contre le réchauffement climatique en diminuant les gaz à effet de serre, et pas seulement pour sauver les ours.