DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Mères de soldats veulent négocier avec les Tchétchènes

Vous lisez:

Les Mères de soldats veulent négocier avec les Tchétchènes

Taille du texte Aa Aa

L’Union des comités des Mères de soldats attendent leur visa pour ouvrir des négociations avec les résistants tchétchènes d’Aslan Maskhadov. Cette ONG russe a prévu de rencontrer la semaine prochaine à Bruxelles le représentant du président indépendantiste tchétchène Akhmed Zakaïev, exilé en Angleterre. La secrétaire générale de l’ONG Valentina Melnikova explique sa stratégie: “Nous discutons avec les autorités depuis 10 ans. Nous, parents de soldats devenus infirmes ou décédés au combat, nous avons toujours demandé l’arrêt de la guerre au président. Mais les autorités russes ne sont pas encore prêtes pour la paix, alors nous allons essayer de traiter avec l’autre partie.”

Une initiative qui n’est pas du goût du Kremlin. Le porte-parole des affaires étrangères, Aleksander Yakovenko: “Réfléchissez, sur quoi peuvent-ils tomber d’accord? Ces terroristes tirent dans le dos de nos enfants. Personnellement, je ne crois pas que ces pourparlers peuvent donner un quelconque résultat, mais nous ne pouvons pas empêcher des organisations non gouvernementales d‘établir ces contacts.”

A moins que le gouvernement ne délivre pas les visas nécessaires à ces Mères de soldats depuis peu à la tête d’un nouveau parti politique. A moins aussi que le parlement russe, qui a commencé à enquêter sur le financement de l’ONG, ne pose des problèmes aux Mères de soldats. Reste que si ces négociations ont finalement lieu, elles n’incluent pas les milices de Chamil Bassaiev, le chef de guerre islamiste qui a revendiqué la prise d’otage de l‘école de Beslan, principal ennemi de Moscou.