DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Ukraine à la veille d'un scrutin très serré et décisif

Vous lisez:

L'Ukraine à la veille d'un scrutin très serré et décisif

Taille du texte Aa Aa

Deux camps s’affrontent pour l’avenir du pays : l’un pro-occidental, l’autre proche de Moscou et du pouvoir en place. A l’issue du premier tour, c’est le candidat de l’opposition partisan d’un rapprochement avec l’Europe qui l’a emporté. Une victoire sur le fil qui avait été reconnue au bout de 10 jours par la commission électorale. Hier, Viktor Iouchtchenko a clôt sa campagne en annonçant qu’il rapatrierait les troupes ukrainiennes d’Irak s’il était élu : “Nos troupes de maintien de la paix ont rempli leur mission. Nous devons étudier les conditions de leur retour”. Face à Iouchtchenko l’actuel Premier ministre Viktor Ianoukovitch. Homme au passé trouble, il a bénéficié d’un soutien sans précédent du Kremlin.

Le lien avec la Russie a été au coeur de sa campagne; il a ainsi promis de faire du russe la deuxième langue officielle et de faciliter l’obtention de la double nationalité russo-ukrainienne. Un argument porteur chez certains jeunes, comme cette étudiante qui souhaite la victoire de Ianoukovitch ce qui permettrait, dit-elle, de pouvoir voyager plus facilement en Russie. Les régions russophones de l’est et du sud sont favorables à l’actuel Premier ministre, contrairement à Kiev et à l’ouest de l’Ukraine. Le pays est scindé en deux et le risque de fraudes électorales dimanche crée un climat particulièrement tendu. D’autant plus que le candidat de l’opposition a déclaré qu’il lutterait pour sa victoire. Il menace de faire descendre les gens dans la rue, certain dit-il que le régime en place falsifiera le scrutin. Des parlementaires du conseil de l’Europe seront là comme observateurs, mais les militaires se préparent à des troubles éventuels.