DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : le pouvoir est un poison

Vous lisez:

Ukraine : le pouvoir est un poison

Taille du texte Aa Aa

Viktor Iouchtchenko, c’est l’homme aux deux visages : Sur la gauche, le leader de l’opposition ukrainienne, il y a moins d’un an. A droite, le voilà, aujourd’hui. Des traits bouffis, un visage vérolé, l’homme politique est défiguré par une étrange maladie qui alimente la polémique depuis le 5 septembre dernier. Ce soir là, le candidat dîne avec le chef des services secrets ukrainien. Quelques heures plus tard, il tombe malade, et crie à l’empoisonnement.

Hospitalisé le 10 septembre dans une clinique autrichienne, Viktor Iouchtchenko souffre d’une pancréatite aigüe, d’ulcère de l’estomac et de paralysie faciale qui pourraient être causés par un infection virale sévère ou par des substances chimiques utilisées dans les armes biologiques. Le médecin ukrainien qui le suit dans la clinique Rudolfinerhaus émet un certificat d’empoisonnement le 16 septembre. Un faux, selon la direction de la clinique. Elle affirme faire l’objet de menaces si elle dément la thèse de l’empoisonnement, et avoue son manque d’expérience en matière de bioterrorisme Le 29 septembre, lors d’une conférence de presse à Vienne, le professeur Michael Zimpfer, président du Rudolfinerhaus, affirme : “En théorie bien sûr un mauvais repas pourrait provoquer ce type de malaise mais nous n’avons rien trouvé en ce sens, et en tout cas, on peut exclure une intoxication par les champignons”. Pourtant, Iouchtchenko maintient qu’on a tenté une fois encore de l‘éliminer. Aujourd’hui son nouveau visage évoque les ravages de la chloracnée, cette maladie causée par la dioxine, autrement appellée agent orange… Orange, la couleur de l’opposition en Ukraine.