DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'inquiétude dans les rangs des autres socialistes européens

Vous lisez:

L'inquiétude dans les rangs des autres socialistes européens

Taille du texte Aa Aa

Au siège bruxellois du Parlement européen, les réactions sont inquiètes. Pour le social-démocrate allemand Jo Leinen, l’enjeu est trop important et le débat trop nombriliste:

“C’est cela le danger. La constitution européenne ne doit pas être utilisée pour des batailles de pouvoir internes au sein d’un parti ou d’un Etat. Elle est un projet commun à 25 parlement et 25 Etats. Nous avons donc une responsabilité collective qui concerne le tout et pas seulement les intérêts de chacun.” L’Italien Nicola Zingaretti comprend les critiques du camp du non, mais veut voir plus loin: “Si je devais faire une critique sur la constitution, je dirais qu’elle est trop timide dans le renforcement des instruments de l’Europe. Mais je pense que le rejet de ce texte provoquerait un tel désastre, un tel ralentissement du processus d’unification que cela porterait un coup à la cohésion sociale de notre continent.” Le socialiste espagnol Miguel Angel Martinez est lui aussi partisan d’une approche pragmatique. “L’erreur qui est faite, c’est de comparer le texte de la constitution avec un idéal et non avec la réalité. Et quand on compare avec la réalité, on s’aperçoit qu’il n’y a pas de marche arrière mais au contraire des pas en avant.”