DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Portugal : la dissolution du Parlement, point d'orgue de la crise politique

Vous lisez:

Portugal : la dissolution du Parlement, point d'orgue de la crise politique

Taille du texte Aa Aa

Une crise qui couve depuis quatre mois, suite à la nomination du social-démocrate Pedro Santana Lopes au poste de Premier ministre. L’ancien maire de Lisbonne succède alors à José Manuel Barroso, parti pour Bruxelles. Le Président socialiste, Jorge Sampaio, hésite à ce moment à convoquer des élections anticipées. Comme il ne le fait pas à l‘époque, la coalition gouvernementale de centre-droit pense pouvoir profiter de son mandat. Mais les critiques pleuvent sur Sanatana Lopes. Dimanche, le ministre des Sports démissionne. C’en est trop pour Sampaio qui décide donc de dissoudre pour le bonheur de l’opposition.

Le secrétaire général du Parti Socialiste : “Nous sommes prêts à promouvoir le changement politique au Portugal et à gagner la confiance des Portugais”. Même écho pour le leader du bloc de gauche : “Il faut donner aux Portugais le droit de se prononcer sur le gouvernement qu’ils veulent, sur ce qui est à faire et qui doit gouverner. Et cela aurait pu être fait il y a quatre mois”. Ces élections anticipées, qui pourrait avoir lieu dès février, sont l’occasion pour les socialistes de mettre fin à la cohabitation. Mais les Portugais devront se rendre à 4 reprises aux urnes en 2005 et 2006. Les risques d’abstention sont très élevés.