DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Turquie: l'Allemagne et la France tentent d'accorder leurs violons

Vous lisez:

Turquie: l'Allemagne et la France tentent d'accorder leurs violons

Taille du texte Aa Aa

Recevant le président français à Lübeck, le chancelier Gerhard Schröder a dit leur volonté de voir la Turquie rejoindre un jour l’Union européenne. Une position qui se veut forte à deux semaines du sommet fatidique. Sommet durant lequel les Vingt-Cinq devront décider d’ouvrir ou non les négotiations avec Ankara.

“Nos deux pays ont un objectif”, a martelé le chancelier, “Et cet objectif est que la Turquie devienne un Etat-membre. Mais nous savons aussi que le processus sera long, entre 10 et 15 ans, dit-on généralement.” Chez Jacques Chirac néanmoins, la prise de position est moins nette. Lui tient à ce que d’autres possibilités restent ouvertes. “Il va de soi que si l’ensemble des conditions requises pour cette entrée ne sont pas remplies, alors bien entendu la négociation s’interrompra et là il faudra que l’on cherche à éviter que cette rupture ne conduise à une espèce de séparation entre la Turquie et l’Europe.” Certains disent ouvertement préférer un partenariat privilégié à une adhésion de la Turquie. C’est le cas des Pays-Bas et du Danemark.