DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La mauvaise passe de Tony Blair

Vous lisez:

La mauvaise passe de Tony Blair

Taille du texte Aa Aa

Décidément, une mauvaise passe pour Tony Blair. Privé de l’un de ses poids lourds, et attaqué sur sa politique, il ne lui reste que quelques mois pour redresser la barre avant les élections législatives attendues ce printemps. Le Premier ministre a jusqu’en 2006 pour organiser ce scrutin, mais il peut dissoudre la chambre avant s’il le juge opportun. Or, avec la démission de David Blunkett, il perd l’un de ses atouts majeurs avant une campagne qui devrait largement se jouer sur le terrain sécuritaire, là ou excellait Blunkett.

Aveugle de naissance, fils d’ouvrier, orphelin de père à l‘âge de 12 ans, David Blunkett avait magistralement su faire oublier son handicap et son origine via la politique. Une carrière brillante commencée à 22 ans qui l’amène au gouvernement en 1997, ministre de l‘éducation d’abord, puis à l’intérieur. Son franc-parler et sa fermeté faisaient mouche, et irritaient même dans ses propres rangs. Il y a quelques jours, la publication d’extraits d’une biographie dans laquelle il n‘épargne aucun des membres du cabinet scandalise ces derniers et fait les choux gras des conservateurs : “ L’une des difficultés pour Tony Blair, c’est que c’est absolument le pire moment pour lui. Maintenant qu’ils se sont lancés dans la bataille pour les élections, avec tout ce qui a été présenté pendant le discours de la reine, un vrai manifeste en réalité…. En fait toutes les décisions ont été prises. Charles Clark n’a plus qu‘à les exécuter. Ca ne sera pas facile”. Tout le monde s’accorde à le dire, c’est le plus grave revers pour Tony Blair depuis son arrivée au pouvoir en 1997. Et ce départ n’est que le dernier d’une longue série qui a laissé le Labour privé d’hommes d’expérience, et Tony Blair de ses plus fidèles alliés. Parmi eux, Blunkett était une arme électorale de choix, dont le charisme devait compenser les accidents de popularité du Premier ministre.