DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Poutine justifie la "nationalisation" de Ioukos


monde

Poutine justifie la "nationalisation" de Ioukos

De l’affaire Ioukos à l’Ukraine, le président russe s’est expliqué lors de sa conférence de presse annuelle. Trois heures de questions-réponses devant 680 journalistes et une centaine de caméras. Vladimir Poutine a eu le temps de justifier la nationalisation de facto du géant pétrolier Ioukos, ou encore de lancer une mise en garde contre les dangers de déstabilisation de l’espace post-soviétique en évoquant les événements qui se déroulent en Ukraine. Petit retour sur l’acquisition de Iouganskneftegaz, filiale de Ioukos, par Rosneft, compagnie détenue à 100% par l’Etat:

“De mon point de vue, tout a été fait conformément aux règles du marché. Comme je vous l’ai dit lors de la conférence de presse en Allemagne, toutes les compagnies d’Etat détenues par l’Etat à 100% peuvent, comme toute autres compagnies, participaient à une mise aux enchères. Ils ont juste usé de leur droit”. Vladimir Poutine a aussi réagi à l’annonce faite mercredi en Ukraine. Viktor Iouchtchenko ayant déclaré que sa première destination en tant que président serait Moscou :“Quelque soit le résultat, nous l’accepterons et nous travaillerons avec le nouveau président de l’Ukraine. Mais nous voulons insister sur un point, nous espérons que dans la nouvelle équipe Iouchtchenko, il n’y aura pas des personnes qui construisent leurs ambitions politiques sur la base de slogans anti-russes”. Autre question d’un journaliste: “que pensez-vous des changements qui s’opèrent dans les républiques post-soviétiques, des révolutions en Géorgie, en Ukraine et en Abkhazie ?” “Bien sûr, nous devons y prêter attention afin de contribuer au processus démocratique, mais s’ils choisissent la voie de la révolution permanente, rien de bon n’arrivera à ces nations. L’ensemble du territoire de l’ex-URSS serait plongé dans d‘éternels conflits. Cela nous amènerait à faire face à de sérieux problèmes” a déclaré le chef du Kremlin. Vladimir Poutine a par ailleurs expliqué qu’il pensait déjà à ce qu’il allait faire après son second mandat. Pour l’instant il exclut l’idée de se présenter une troisième fois à la présidence du Kremlin.
Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Premiers témoignages des ex-otages