DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Asie : le coût financier des raz-de-marée moins élevé que le coût humain

Vous lisez:

Asie : le coût financier des raz-de-marée moins élevé que le coût humain

Taille du texte Aa Aa

“Nous ne pouvons pas chiffrer le montant de la catastrophe, mais il sera très certainement énorme”, c’est ce qu’affirmait lundi un membre du ministère indonésien de la Santé : résumant le sentiment qui prévaut auprès des Etats frappés par le raz-de-marée et des réassureurs occidentaux. Un exemple : le ministre thaï des finances s’est entretenu avec les hôteliers des secteurs côtiers thaïlandais les plus touchés. “Le gouvernement a proposé à nos hôteliers des solutions financières, concernant les prêts mais aussi des réductions d’impôts, a affirmé le ministre. Je pense donc que nous avons fait beaucoup pour eux”.

L’hiver amène en Thaïlande 6 millions de visiteurs étrangers dont la majorité se rend dans les paradis balnéaires de la côte. Le manque à gagner touristique n’a pas encore été chiffré. Pour ce qui est du coût de la reconstruction : les groupes de réassurance sont prudents. Munich Ré et Swiss Ré par exemple, pensent que les dégâts occasionnés en Asie seront inférieurs aux 20 milliards d’euros qu’ont coûté les différents ouragans de l’automne dernier aux Caraïbes et aux Etats Unis, ainsi qu’aux 15 milliards et demi d’euros des tours jumelles du World Trade center. “Ce qui compte pour moi c’est ce que j’ai en main et pas ce qu’il y a dans le ciel. Je n’ai plus rien maintenant, nous explique cet hôtelier du littoral thaï. Bien sur ce que j’entends est très encourageant mais je suis sceptique parce que réaliste. L’argent ne pousse pas dans le ciel, il est imprimé sur terre, je suis désolé”. La majorité des hôteliers de la région littorale, ont tout perdu. Quant à l’industrie touristique occidentale – agences de voyage en tête – elle va subir des pertes de recettes importantes, qu’elle ne peut encore chiffrer.