DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A Pukhet, des bougies comme des lueurs d'espoir

Vous lisez:

A Pukhet, des bougies comme des lueurs d'espoir

Taille du texte Aa Aa

Des bougies allumées dans la nuit, pour dire ensemble qu’il y a un demain après l’horreur. Et que l’on pense à ces morts, qui ont éclaboussé de sang les fêtes de fin d’année. Il fait nuit sur Pukhet. Et des milliers de personnes se sont rassemblées dans l’ile martyre pour honorer la mémoire des victimes des tsunamis.

Le sud de la Thaïlande a été la région la plus touchée de ce pays qui déplore plus de cinq mille morts. Au total, la catastrophe du 26 décembre a fait près de 150.000 victimes, surtout au Sri Lanka et en Indonésie. Plus de 94.000 morts dans ce pays, des chiffres qui dépassent l’entendement. Au nord de Sumatra, combien faudra-t-il de temps pour reconstruire les côtes dévastées de la province d’Aceh ont été comme rasées. Ici, l’eau boueuse a pénétré jusqu‘à 6 kilomètres à l’intérieur des terres. Tout est dévasté, et la moindre aide aux survivants doit être héliportée. Au total, l’Indonésie compterait un demi-million de sans-abri. Face à ces images d’apocalypse, la communauté internationale s’est mobilisée comme jamais. Une avalanche annoncée de dollars et d’euros qui, selon les organisations humanitaires ne doit pas entraîner non plus les pays donateurs dans une surenchère inadéquate. L’enjeu : réinjecter ces fonds dans des actions concrètes, maintenir l’effort sur la durée. Soutenir aussi, la mise en place d’un système d’alerte aux tsunamis, inexistant dans l’Océan Indien, et qui aurait pu sauver des milliers de personnes.