DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Iran, prochaine étape de la guerre contre le terrorisme?

Vous lisez:

L'Iran, prochaine étape de la guerre contre le terrorisme?

Taille du texte Aa Aa

Vent de polémique sur l’investiture de George Bush, le New Yorker met les pieds dans le plat en affirmant à sa Une que Téhéran est la prochaine étape de la guerre contre le terrorisme. L’information, qui fait l’objet d’un démenti cinglant de Washington est signée Seymour Herch, grand reporter, et lauréat du prix Pulitzer : “ce que j’ai trouvé, c’est simplement cela : depuis l‘été dernier, on a mené des opérations de reconnaissance en Iran, pour obtenir des renseignements sur ce que l’administration Bush croit véritablement être un programme d’armement nucléaire tenu secret”.

Les doutes américains à l‘égard de Téhéran ne sont pas nouveaux. Doutes que dément avec constance l’Iran qui s‘échine à mettre en avant les visées civiles de son programme nucléaire. Dans la foulée du onze septembre, le président Bush n’y allait pas par quatre chemins : “La Corée du Nord est un régime doté de missiles et d’armes de destruction massive. L’Iran continue de s’armer agressivement et d’exporter la terreur tandis qu’une poignée de dirigeants non élus réprime les espoirs de liberté des Iraniens. Des états comme ceux-ci, et leurs alliés terroristes forment un axe du mal.” Deux ans plus tard, le ton a officiellement changé. Dans une interview lundi à la télévision américaine, Bush disait privilégier le dialogue mais n‘écarter aucune piste. Les Américains sont sûrs que l’Iran ne respectera pas ses engagements. Pour Seymour Hersh, l’Irak n’est donc qu’une étape : “Ce président pense que les Américains vont gagner, ils voient la prolongation de la guerre en Irak comme une anomalie. Pour l’Iran, ce n’est qu’une question de temps.” Le mois dernier, après de longues tractations avec les Européens, l’Iran a finalement accepté de suspendre son programme nucléaire, en échange de promesses commerciales et technologiques. La Maison Blanche a regardé avec dédain cette initiative européenne dont elle prédit déjà le fiasco. Une distance qui pourrait aussi laisser penser qu’elle a déja fait son choix…