DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La fin de l'ETA reste LA priorité de José Luis Rodriguez Zapatero

Vous lisez:

La fin de l'ETA reste LA priorité de José Luis Rodriguez Zapatero

Taille du texte Aa Aa

Le chef du gouvernement espagnol ne veut pas spéculer sur l’avenir du groupe terroriste séparatiste basque mais il garde l’espoir de faire taire les armes, comme il le soulignait hier lors d’une interview accordée à une chaîne de télévision nationale : “Durant la campagne électorale, j’ai dit que ma priorité absolue dans ce pays était d’en finir avec l’ETA et je maintiens. S’il existe une faible opportunité, comme les autres gouvernements, le gouvernement actuel essaiera de la faire fructifier. Mais je ne tiens compte que des faits… Pour ce qui est des informations dont dispose le gouvernement, nous devons logiquement rester discrets et responsables. Je maintiens : il ne faut pas se faire d’illusions mais plutôt travailler pour l’espoir.”

Espoir douché par l’explosion, mardi, d’une voiture piégée qui a légèrement blessé l’un des policiers venus sécuriser la zone, près de Bilbao. Les 40 kilos d’explosifs avaient été mis à feu peu après l’avertissement téléphonique reçu à la rédaction du journal basque “Gara”. Dans le même quotidien, l’ETA s‘était exprimé trois jours plus tôt en faveur d’une fin négociée de la lutte armée. Le porte-parole de la branche politique de l’ETA avait lui-même évoqué, lundi, la possibilité de régler le conflit par le “dialogue politique” en faisant “disparaître les armes”. Mais après l’attentat de Getxo le gouvernement espagnol n’a pu que rappeler qu’aucune négociation n‘était possible tant que le groupe séparatiste basque n’aura pas cessé cette lutte qui a fait plus de 800 victimes en 36 ans.