DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Peut-être un espoir de trêve au Proche-Orient

Vous lisez:

Peut-être un espoir de trêve au Proche-Orient

Taille du texte Aa Aa

Les groupes radicaux palestiniens se disent prêts à faire une pause dans leurs attaques anti-israéliennes. Un retour au calme conditionnel : l’Etat hébreu doit préalablement cesser ses opérations militaires dans les territoires. Les groupes palestiniens affirment qu’aucun cessez-le-feu n’a pour l’instant été conclu. Samedi, le ministre israélien de la Défense Shaul Mofaz avait annoncé que Mahmoud Abbas, le nouveau président de l’Autorité palestinienne avait arraché une trêve aux groupes armés. Les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, le FPLP et le FDLP se sont néanmoins déclarés ouvertement prêts à franchir le pas.

Le Jihad islamique et le Hamas, les deux principaux mouvements armés conditionnent également cette trêve avec un futur rôle au sein de l’Autorité palestinienne. Le Jihad demande aussi que l’Etat hébreu fasse un geste de bonne volonté en libérant des prisonniers. Pas d’engagement pour l’instant côté israélien, mais le ministre de la Défense indique que l’armée limiterait ses activités si l’Intifada prenait fin. Elle pourrait par exemple se redéployer sur les positions qu’elle occupait avant septembre 2000. A l‘époque l’armée israélienne contrôlait la majorité de la Cisjordanie mais pas les villes de cette région.