DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Est se donne dix ans pour intégrer ses roms

Vous lisez:

L'Est se donne dix ans pour intégrer ses roms

Taille du texte Aa Aa

S’ils représentent la plus importante minorité du Vieux Continent, les Roms connaissent en Europe centrale et orientale une réelle expansion. Leur natalité florissante ajoutée à une espérance de vie inférieure de quelques années aux autres européens placent les roms dans une position démographique très favorable: ils sont jeunes dans une Europe vieillissante. Mais le prix à payer est élevé: marginalisation sociale, économique et politique forment les séquelles d’une indéniable pauvreté. En Bulgarie, Roumanie et Hongrie, les Roms survivent avec moins de 2 euros par jours.

D’après la Banque mondiale, l’Europe compterait 7 et 9 millions de Roms. Roumanie, Bulgarie et Hongrie en abritent le plus grand nombre. L’Espagne, elle, compte la plus grande communauté de l’Europe occidentale. Reste que leur poids démographique, équivalent ou même supérieur à quelques Etats membres de l’UE, n’a aucune correspondance politique. Cette nation sans frontières comme la désigne ses dirigeants, ce groupe ethnique le plus important de l’UE est en réalité un nain politique. Un parti invisible, serait-on tenté de dire.