DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tunnel du Mont-Blanc : chronique d'un drame annoncé

Vous lisez:

Tunnel du Mont-Blanc : chronique d'un drame annoncé

Taille du texte Aa Aa

Trois jours après le début du procès, les enquêteurs de l’incendie du tunnel du Mont Blanc entrent dans le vif du sujet. Leur rapport est affligeant : non seulement le drame aurait pu être évité mais il aurait pu se produire dans de nombreux autres tunnels européens. Dans l’enceinte du tribunal, onze prévenus sont mis en cause dans l’accident du 29 mars 1999 qui a fait 39 victimes.

Comment expliquer un bilan aussi lourd ? D’abord parce que le camion qui a pris feu contenait de la margarine, une matière inflammable. Puis le chauffeur a laissé son véhicule en feu au milieu du tunnel, bloquant l’accès. Les extracteurs de fumée ne fonctionnaient pas correctement. Ils n’ont jamais été remplacés depuis la construction du passage en 1965. Enfin à l‘époque, les refuges, implantés tous les 600 mètres, ne disposaient pas de sortie. Aujourd’hui ces refuges doivent obligatoirement être reliés vers l’extérieur. C’est le cas dans le tunnel du Mont-Blanc, aménagé après le drame. Mais bien d’autres devraient subir des travaux. Ce drame aura donc au moins permis de soulever les carences des dispositifs de sécurité en la matière. Autres solutions possibles à débattre : interdire ces tunnels au poids lourd ou investir des millions dans leurs aménagements, c’est maintenant au ministres des transports de trancher.