DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le processus de paix au Proche-Orient ébranlé

Vous lisez:

Le processus de paix au Proche-Orient ébranlé

Taille du texte Aa Aa

L’attentat de Tel Aviv est le premier depuis novembre dernier et le premier surtout depuis la trêve finalisée au début du mois au sommet de Charm-el- Cheikh. Ariel Sharon doit réunir ce samedi son cabinet pour étudier la réponse à apporter. Dans une première réaction israélienne, le ministre de la sécurité intérieure a menacé les palestiniens d’une reprise des opérations militaires s’ils ne reprenaient pas en amin la situation sécuritaire. Pour Gideon Meir, porte-parole du gouvernement, les Palestiniens doivent réagir eux-mêmes et fermement : “la seule façon de stopper ces attaques terroristes c’est de démanteler l’infrastructure de la terreur et de combattre les organisations terroristes. Ce que l’on veut voir ce sont des actions et pas uniquement des mots”, a-t-il dit.

Selon les Israéliens, l’accord passé entre le gouvernement et les activistes palestiniens pour une trêve n’est pas suffisant.Officiellement, les dirigeants des principales organisations palestiniennes disent être toujours liés par cet accord et ne pas être à l’origine de l’attentat de Tel Aviv. Le nouveau gouvernement palestinien, investi il y a seulement deux jours, a lui condamné l’attaque, avec un peu plus de vigueur qu‘à l’accoutumée en promettant notamment de poursuivre les responsables, quels qu’ils soient. Mahmoud Abbas a convoqué une réunion extraordinaire sur la sécurité aujourd’hui à Ramallah, afin de sauvegarder les récentes avancées dans le processus de paix.