DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Droits de l'Homme et la liberté de parole en question en Azerbaïdjan

Vous lisez:

Les Droits de l'Homme et la liberté de parole en question en Azerbaïdjan

Taille du texte Aa Aa

L’inquiétude croît dans ce pays du Caucase après le meurtre d’un des journalistes d’opposition les plus connus. Elmar Husseïnov a été abattu jeudi par balles devant sa maison. Il était le rédacteur en chef de “Monitor”, un hebdomadaire très critique envers le régime du Président Ilham Aliev.

Ce n’est pas le premier cas de violence envers les médias indépendants. Le 25 février dernier déjà, un autre journaliste d’opposition avait été enlevé. Victime de violences et de menaces, il avait été relâché quelques heures plus tard. Les organisations de défense des Droits de l’Homme estiment que les atteintes à la liberté d’expression en général, et à celle de la presse en particulier, augmentent à l’approche des législatives de novembre prochain. Des accusations rejetées par Bakou. Le Comité de protection des journalistes va plus loin. Selon cette organisation basée à New-York, la situation en matière de liberté de la presse a “fortement décliné depuis l’arrivée au pouvoir du Président Ilham Aliev”, il y a bientôt deux ans. Aliev avait succédé à son père en octobre 2003 après une élection contestée. Des manifestants étaient descendus dans les rues de Bakou mais avaient été rapidement matés par la police anti-émeute.