DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Giuliana Sgrena libérée, l'Italie soulagée mais meurtrie

Vous lisez:

Giuliana Sgrena libérée, l'Italie soulagée mais meurtrie

Taille du texte Aa Aa

Le Colisée illuminé en pleine nuit… Toute l’Italie soulagée, salue la libération de Giuliana Sgrena, relâchée hier par ses ravisseurs.

Le soulagement mais aussi la douleur dans la péninsule car la libération de la journaliste a été ternie après l’annonce de sa blessure par des tirs américains. Remise en bonne santé aux services secrets italiens, la journaliste et le convoi qui la transportait vers l’aéroport de Bagdad ont été pris pour cible par l’armée américaine. Le chef des services spéciaux italiens en Irak a été tué au cours de la fusillade et deux autres agents ont été blessés dont l’un grièvement. Blessée au poumon, Giuliana Sgrena a été immédiatement opérée à Bagdad. Un incident dénoncé par Silvio Berlusconi. George W.Bush a fait part de sa douleur et de ses regrets et promis une enquête complète. Agée de 56 ans, Giuliana Sgrena est reporter pour le quotidien “Il Manifesto”. Un journal qui a toujours milité contre la guerre et l’envoi de troupes italiennes en Irak. Enlevée le 4 février dernier, Giuliana Sgrena était apparue en pleurs dans une cassette vidéo le 16 février où elle demandait au peuple italien de faire pression sur le gouvernement pour le retrait des troupes étrangères d’Irak. Dans la dernière vidéo diffusée juste avant sa libération, la journaliste italienne remerciait ses ravisseurs de l’avoir bien traitée. Giuliana Sgrena sera rapatriée aujourd’hui à Rome. Mais d’autres occidentaux sont toujours otages en Irak notamment la Française Florence Aubenas et son guide irakien Hussein Hanoun, tous deux enlevés il y a deux mois.