DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'hommage du Parlement européen aux victimes de Madrid

Vous lisez:

L'hommage du Parlement européen aux victimes de Madrid

Taille du texte Aa Aa

Un an après la tragédie, les eurodéputés ont observé une minute de silence. Les 191 victimes ne sont peut-être pas mortes en vain, s’est risqué à dire le président du Parlement Josep Borrell. L’effroi et la crainte ont, il est vrai, permis d’aplanir de nombreuses divergences entre Européens. Il y a eu le déblocage sur la constitution, puis surtout le plan d’action contre le terrorisme. Et pourtant…

“Une bonne part des mesures prévues par le plan d’action contre le terrorisme qui a été adopté par le Conseil après le 11 mars n’est toujours pas appliquée totalement. Cela doit nous rappeler que pour lutter contre le terrorisme, il faut aussi plus d’Europe. Car désormais, nous sommes conscients que les formes traditionnelles de coopération policière et judiciaire ne servent pas.” Parmi ces défaillances, le mandat d’arrêt européen. L’Italie ne l’a toujours pas adopté et d’autres pays ont fait du sur mesure. L’harmonisation anti-terroriste a-t-elle déjà montré ses limites? L’avis de l’expert Claude Moniquet: “La menace est immédiate et il faut y répondre immédiatement, et je crois que ce que pourrait et devrait être le rôle de l’Europe est davantage un rôle d’incitation juridique, c’est-à-dire pousser et obliger si nécessaire les Etats à prendre des lois anti-terroristes, tous les Etats n’en ont pas aujourd’hui, à coordonner leurs mesures légales, à appliquer par exemple le mandat d’arrêt européen, et on a vu il y a peu qu’il posait problème. Il y a des chose sur lesquelles l’Europe peut être efficace et jouer son rôle, mais je ne pense pas que l’Europe puisse aujourd’hui avoir la capacité de créer un service de renseignement intégré.” Le projet d’une cellule d‘échange de renseignements est en effet resté dans les cartons. Les Vingt-Cinq ont néanmoins renforcé les contrôles sur les transferts d’argent. Un pas essentiel. Assécher les comptes des terroristes, c’est le premier coup qui puisse leur être porté.