DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Taïwan condamne la loi anti-sécession

Vous lisez:

Taïwan condamne la loi anti-sécession

Taille du texte Aa Aa

Ce n’est pas une déclaration de guerre, mais le message est clair. La Chine vient de durcir sa politique envers Taïwan en adoptant une loi anti-sécession. 2896 délégués de l’Assemblée populaire ont voté pour. Deux se sont abstenus. Cette loi anti-sécession prévoit le recours à la force si Taïwan déclare son indépendance, ou si un événement majeur crée une séparation, ou encore si les conditions d’une unification pacifique disparaissent complètement. Elle prévoit aussi un large degré d’autonomie pour Taïwan.

Pour le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, “cette loi n’est pas dirigée contre la population de Taïwan mais contre les forces séparatistes, ce n’est pas une loi guerrière, elle a pour but une réunification pacifique du pays.”

Pékin considère Taïwan comme une province rebelle depuis 1949, lorsque les nationalistes s’y sont réfugiés après avoir perdu la guerre civile contre les communistes de Mao Zedong. L‘île compte aujourd’hui 23 millions d’habitants. Son Président, Chen Shui-bian, a prévu de rassembler un demi million de personnes avant la fin du mois de mars dans le cadre d’un vaste mouvement de protestation contre cette législation. D’après le gouvernement de Tapei, la Chine dispose de 600 missiles pointés sur l‘île. Et l’augmentation des dépenses militaires chinoises ne le rassure pas.