DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Seconde offre d'achat étrangère sur une banque italienne

Vous lisez:

Seconde offre d'achat étrangère sur une banque italienne

Taille du texte Aa Aa

Quelques jours après l’espagnol BBVA sur la banque BNL, le groupe bancaire néerlandais ABN Amro a présenté mercredi une offre d’achat sur les actions de la banque italienne Antonveneta qu’il ne possède pas encore. ABN Amro qui détient déjà environ 13% du capital de sa cible, offre 25 euros en numéraire par action Antonveneta. L’offre d’achat de ABN Amro se monte à 6 milliards et 300 millions d’euros financée par une augmentation de capital et l‘émission de 135 millions d’actions nouvelles. Mais le jeu en vaut la chandelle quand on sait que les italiens épargnent en moyenne plus de 11% de leurs revenus disponibles soit un peu plus que la moyenne de l’Union européenne alors que les américains n‘épargnent que 0,8%. On ajoutera que les services bancaires en Italie sont parmi les plus chers du monde.En voulant reprendre Antonveneta, la 9ème banque italienne, ABN met au défi la banque d’Italie et son gouverneur Antonio Fazio, qui sont opposés aux prises de contrôle étrangères dans le secteur bancaire italien.L’affaire est délicate car le groupe espagnol BBVA a également lancé une offre d’achat sur BNL, la sixième banque de la péninsule. Dans un communiqué BBVA affirme que son attitude dans le cadre de son offre est celle d’un respect total de la banque d’Italie et de son gouverneur et d’une totale confidentialité.La banque centrale italienne a limité à 15% la présence étrangère dans les établissements financiers italiens. Bruxelles va examiner l’offre d’achat de BBVA sur le capital de BNL qu’il ne détient pas encore. Si la commission donne son feu vert et que la banque d’Italie refuse l’opération, on assistera alors au début d’un conflit tout à fait inédit.