DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Blair fragilisé par la guerre en Irak à une semaine des élections

Vous lisez:

Blair fragilisé par la guerre en Irak à une semaine des élections

Taille du texte Aa Aa

Jusque dans la dernière ligne droite de la campagne des législatives britanniques, l’Irak empoisonne Tony Blair. Le Premier ministre a été contraint de publier un document rédigé deux semaines avant le début de l’intervention militaire, par son conseiller juridique. L’avis, resté jusque là confidentiel, émet des doutes sur la légalité de cette guerre. Hier, les journaux en avaient publié de larges extraits.

“ L’avis du conseiller juridique était nécessaire pour être sûr que la guerre était déclarée conformément au droit. Contrairement à ce qu’on a pu lire dans les journaux, il nous a informés que cela était légal” a dû se justifier Tony Blair. En fait, l’affaire est plus compliquée. L’avis juridique publié ce jeudi comportait bien quelques réserves. Mais dans un second avis, transmis au Parlement, ces réserves avaient disparu.

Le recul de Tony Blair est aussi le résultat de la campagne très offensive des conservateurs. Michael Howard n’a cessé de dénoncer les mensonges supposés de Blair sur l’Irak. Récemment, il lançait encore à ses partisans : “ Le problème de l’Irak se résume à une simple question : si vous ne pouvez pas faire confiance à M. Blair sur la décision d’engager le pays dans la guerre, la décision la plus importante qu’un Premier ministre puisse prendre, sur quel sujet pouvez-vous lui faire confiance?” Un argument repris par Charles Kennedy, le leader des libéraux-démocrates qui poursuit ses déplacements dans le pays à bord d’un bus. Il a exigé que Tony Blair dise la vérité à l’opinion publique sur ce qu’il s’est exactement passé à ce moment-là.”