DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Face à Ariel Sharon, Vladimir Poutine fait marche arrière

Vous lisez:

Face à Ariel Sharon, Vladimir Poutine fait marche arrière

Taille du texte Aa Aa

Il n’est plus question d’organiser une conférence internationale sur le conflit israélo-palestinien, à Moscou, l’automne prochain. La proposition du président russe, bien accueillie par les pays arabes, très mal par les Etats-Unis et Israël, n’est plus à l’ordre du jour. La délégation russe parle d’un malentendu et explique qu’une réunion d’experts pourraient être organisée. Le sujet n’a même pas été abordé entre Vladimir Poutine et le Premier ministre israélien Ariel Sharon.

Lors de leur rencontre, ce jeudi après-midi, les deux hommes se sont échangés des cadeaux, comme le veut le protocole. Ils ont surtout évoqué d‘épineuses questions, comme la vente de missiles à la Syrie et la collaboration de Moscou au nucléaire iranien. Le chef du Kremlin a rassuré son hôte en expliquant que les missiles, de courte portée, ne menaçaient en rien le territoire israélien. Il a aussi affirmé que Moscou était contre tout programme destiné à doter l’Iran d’une arme atomique. La journée du président russe s’est achevée par une visite au mémorial de l’holocauste. Ariel Sharon a d’ailleurs rappelé la dette inaltérable qu’a Israël envers l’ex-URSS pour avoir libéré les camps d’extermination nazis.

Aujourd’hui, Vladimir Poutine doit rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas. Le chef du Kremlin répète qu’on peut mettre fin au conflit israélo-palestinien par le dialogue.