DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Japon ouvert à une discussion avec l'Union européenne sur le site d'ITER

Vous lisez:

Le Japon ouvert à une discussion avec l'Union européenne sur le site d'ITER

Taille du texte Aa Aa

Un sommet s’est tenu ce lundi au Luxembourg entre l’Union européenne et le Japon. Le président en exercice de l’Union, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, le président de la Commission José Manuel Barroso et le Premier ministre japonais Jonichiro Koizumi ont formulé le voeu de renforcer leur coopération sur les questions délicates de Taïwan, de la Corée du Nord et de la Chine.

La Chine constitue la principale épine dans les relations entre les deux partenaires, depuis que plusieurs pays européens souhaitent lever l’embargo sur les ventes d’armes à Pékin. Un projet auquel le dirigeant japonais a réitéré son opposition. “ J’ai manifesté très clairement notre préoccupation et la réponse des Européens est qu’elle est très bien comprise” a déclaré le Premier ministre nippon. Jean-Claude Juncker a tenté de rassurer le Premier ministre japonais. Rien, a-t-il dit, ne sera fait qui puisse mettre à mal la sécurité en Asie orientale. Autre sujet de controverse entre l’Union européenne et le Japon : le choix du site pour ITER, le futur réacteur thermonucléaire. Les partenaires du projet s’opposent depuis plusieurs mois. D’un côté, le site de Cadarache, dans le sud de la France, proposé par l’Union européenne est soutenu par la Russie et la Chine. De l’autre, Rokkasho-Mura, au Japon, qui peut compter sur la Corée du Sud et surtout sur les Etats-Unis. Sur ce dossier, les choses auraient avancé. Junichiro Koizumi a souhaité un accord “aussi rapidement que possible” et s’est dit ouvert à une discussion. L’objectif de l’expérience ITER est de démontrer qu’il est possible de produire de l‘énergie, non plus par fission, mais par la fusion des atomes. Ce serait un moyen de disposer d’une source d‘énergie inépuisable et propre.