DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Britanniques de Bruxelles pensent déjà au référendum sur la Constitution européenne

Vous lisez:

Les Britanniques de Bruxelles pensent déjà au référendum sur la Constitution européenne

Taille du texte Aa Aa

La Grande-Bretagne vote ce jeudi pour élire ses députés. Mais les Britanniques de Bruxelles, eux, pensent déjà à un autre scrutin, le référendum sur la Constitution européenne prévu normalement en 2006.

David Earnshaw dirige une société de relations publiques. Militant travailliste, il s’active à l’organisation de cette future campagne du référendum. Selon lui, “ beaucoup dépendra des référendums du 29 mai en France et du 1er juin aux Pays-Bas. Nous, les travaillistes, devons nous battre avec Blair pour gagner le référendum. C’est essentiel pour tout le programme du gouvernement du Labour.” Côté conservateur, les opinions sont bien sûr très différentes. Pendant la campagne, le candidat des Tories, Michael Howard a clairement pris ses distances avec les positions très européennes de ses adversaires travaillistes et libéraux-démocrates. L’eurodéputé conservateur Timothy Kirkhope explique le programme européen des Tories : “ Il y a un certain nombre de domaines dans lesquels l’Europe exerce actuellement des compétences et nous aimerions que celles-ci reviennent aux Etats-nations, aux parlements nationaux. Des sujets comme la pêche par exemple devrait échapper à la bureaucratie européenne.” Une opinion partagée par la plupart des conservateurs pour qui l’essentiel est d’abord de réduire le pouvoir de Bruxelles. Au contraire, John Palmer, qui dirige, à Bruxelles, le Centre de politique européenne, n’envisage pas l’avenir de l’Union sans une implication résolue du Royaume-Uni. “Les Britanniques se rapprochent de l’Europe sur la politique étrangère et de sécurité, sur le Moyen-Orient, sur le protocole de Kyoto et la Cour pénale internationale, insiste-t-il. Alors, même si à court terme, on a de sérieuses difficultés à convaincre l’opinion publique britannique, à long terme, notre stratégie de développement suppose de s’engager davantage dans l’Europe dans les 5 ou 10 ans qui viennent.” Malgré l’absence d’une fort débat européen lors de la campagne législative, les Britanniques de Bruxelles sont certains que l’Europe constituera un aspect fondamental de la politique du prochain gouvernement. Beaucoup croient aussi que les très européens libéraux-démocrates pourraient bien créer la surprise ce jeudi.