DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Corée du nord et la birmanie montré du doigt lors de l'ASEM

Vous lisez:

La Corée du nord et la birmanie montré du doigt lors de l'ASEM

Taille du texte Aa Aa

La réunion de l’ASEM à Kyoto réunit en ce moment les chefs de la diplomatie ou leurs représentants des 25 membres de l’Union et de 13 pays d’Asie. A l’ordre du jour, plusieurs dossiers chauds et en particulier la menace nucléaire posée par la Corée du Nord. Le Japon a haussé le ton par la voix de son ministre des affaires étrangères, Nobutaka Machimura : “Si il n’y a pas de progrès dans les négciations à six, nous envisagerons d’autres mesures comme celle du Conseil de Sécurité de l’ONU pour règler ce problème.” Un autre dossier brûlant est celui des droits de l’homme en Birmanie avec une junte militaire qui maintient en détention Aung San Suu Kyi, leader de l’opposition birmane démocratique, figure emblématique de la lutte non-violente et Prix Nobel de la Paix. Benita Ferrero Waldner, commissaire européenne aux relations extérieures : “Nous serons durs sur la question de la libération d’Aung San Suu Kyii et des autres détenus politiques et nous allons aussi leur demander une convention nationale ouverte à tous les partis politiques.”

Le forum de dialogue euro-asiatique permet d’aborder d’autres sujets sensibles : l‘éventuelle levée de l’embargo sur les ventes d’armes à la Chine appliqué par l’Union depuis le massacre de Tienanmen en 1989; ou encore les ambitions du Japon de décrocher un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.