DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Situation politique toujours bancale en Irak

Vous lisez:

Situation politique toujours bancale en Irak

Taille du texte Aa Aa

Trois mois après les élections législatives, Le gouvernement irakien n’est toujours pas au complet. Soumis à des pressions politiques de toutes parts, le Premier ministre, Ibrahim Al Jafaari, a finalement fait approuver dimanche par le parlement les noms des six derniers ministres qui manquaient à son cabinet.

Mais l’homme désigné pour le portefeuille des droits de l’homme vient d’annoncer sa démission, soupçonnant le Premier ministre de ne l’avoir choisi qu‘à cause de son appartenance à la minorité sunnite. “J’ai pris cette décision, explique Hachem Al Shibli, car tout d’abord, on ne m’a pas consulté ni prévenu, et deuxièmement, si j’ai eu ce poste de ministre des droits de l’homme, c’est juste par ce que je suis Sunnite.” Dans le pays, la violence semble ne jamais s’arrêter. Ce matin, 3 personnes ont été tuées dans un attentat à la voiture piégée au sud de Bagdad. Huit soldats américains ont par ailleurs perdu la vie ce week-end. Enfin, l’armée américaine a annoncé une offensive contre des rebelles dans l’ouest du pays… 75 insurgés seraient déjà morts. Le sort de l’otage australien retenu en Irak est, lui, de plus en plus inquiétant. Le Mufti d’Australie, le plus haut responsable musulman dans le pays, est parti aujourd’hui pour l’Irak pour tenter d’obtenir la libération de Douglas Wood. L’ultimatum fixé par ses ravisseurs pour que l’Australie retire ses troupes d’Irak expire demain.