DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Belgique : un conflit communautaire menace le pays

Vous lisez:

Belgique : un conflit communautaire menace le pays

Taille du texte Aa Aa

L’avenir de la Belgique se jouera-t-il à l’aune d’un conflit communautaire ? La question mérite d‘être posée tant la partie dans laquelle se sont lancés les partis flamands parait risquée. Ces derniers veulent mettre fin à un découpage administratif qui permet aux électeurs francophones vivant dans la périphérie flamande de la capitale de voter pour des candidats à Bruxelles. Colère des francophones et explications de François Xavier du Donnéa, membre du parlement fédéral : “Nous pensons que l’existence de cet arrondissement est la garantie d’une part d’un maintien d’un état belge fédéral certes mais quand même avec encore des liens politiques, des solidarités politiques et par ailleurs nous pensons également que l’on ne peut pas changer les règles du jeu en ce qui concerne les droits des francophones de la périphérie bruxelloise”.

Aux yeux des francophones, ce nouvel avatar communautaire risque de saper le fragile équilibre institutionnel régissant les relations entre les communautés linguistiques en Belgique. La région de Bruxelles-capitale est l’une des trois Régions qui composent la Belgique. On y trouve des Belges appartenant aux deux principales communautés linguistiques du pays : les francophones et les flamands. Les deux autres régions étant la Flandre et la Wallonie.

Si les partis flamands parviennent à leurs fins, la région Bruxelles-capitale risque de voir naître en son sein deux sous-blocs, portant étendards distincts, Flamand et Wallon. Bref, un royaume emberlificoté dans ses divisions linguistiques. Un casse tête de plus aux yeux d’Eddie de Block, Bourgmestre flamands : “La Belgique doit vivre avec deux communautés. Oublions les conflits et vivons ensemble. Nous sommes si petit que diviser les pays en deux, trois et même quatre parties ne saurait déboucher sur une situation positive pour les habitants”.

Bref, l’air devient irrespirable dans la périphérie bruxelloise. Et Bruxelles se met du même coup à toussoter. De quoi faire courir un grand risque à l’ensemble du pays. Un pays que certains, en cherchant à s’emparer de Bruxelles, voudrait voir totalement scindé.