DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie : Rome promet une opération vérité sur les comptes publics

Vous lisez:

Italie : Rome promet une opération vérité sur les comptes publics

Taille du texte Aa Aa

Alors que l’Italie est entrée en récession pour la deuxième fois en deux ans, que la crise est structurelle et la situation unique sur le continent, le ministre de l‘économie promet la transparence: ce mardi, il s’exprimera sur la crise économique devant le parlement.

Ce week-end, le chef du gouvernement, déjà fragilisé par la récente crise politique, convoquait, lui, les partenaires sociaux en toute urgence. Le miracle économique promis par silvio Berlusconi n’est pas au rendez-vous: Le PIB a chuté de 0,5% au premier trimestre 2005 par rapport au 4e trimestre 2004, après une contraction de 0,4% lors de ce même trismestre. Quant à la croissance, elle ne dépassera pas 0,5% à 0,7%. D’après les analystes, l’Italie pourrait devenir la plus faible des grandes économies de la zone euro. Ce mardi, le ministre de l‘économie s’exprimera sur la crise devant le parlement, il devrait continuer à défendre son plan de réduction de la taxe régionale IRAP. Pour le secrétaire général de la CISL, cette réduction de la taxe n’a servi à rien jusqu‘à présent. “Pourquoi le gouvernement veut-il faire payer aux Italiens les pots cassés?” Mais surtout, insiste-t-il: “ce qui m‘ébahit, c’est qu’on se rende seulement compte aujourd’hui, subitement que la situation économique est critique?!” Critique, le patronat acquiesce: selon le patrons des patrons italiens, l’industrie de la botte n’a pas connu pareille situation depuis la seconde guerre mondiale. Mais Silvio Berlusconi tente de minimiser ce coup dur: “En mars, il y a eu les vacances de pâques”, a-t-il dit: “on ne peut pas aller à la plage et espérer une croissance du PIB.”.