DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Journée de solidarité ou journée de contestation ?

Vous lisez:

Journée de solidarité ou journée de contestation ?

Taille du texte Aa Aa

En France, ce lundi de Pentecôte semble surtout de tourner à la journée de pagaille. Les enseignes commerciales qui avaient choisi d’ouvrir leurs portes doivent affronter la mauvaise humeur de leurs employés comme en témoigne ce syndicaliste FO du groupe Carrefour : “J’aurais aimé que le jour de solidarité soit pris un autre jour qu’un jour férié. On aurait pu le mettre le mardi, ou le mercredi, ou le jeudi… Pourquoi le lundi de Pentecôte ?”.

Il faut dire que la fonction publique ne montre pas vraiment l’exemple, notamment chez les enseignants. Ecoles fermées ou pas, les parents doivent faire face au cas par cas. Mais selon le Premier ministre français, il n’y a pas de pagaille… juste des accords d’entreprises. “Nous avons voulu valoriser l’accord. Quand il y a accord, l’accord doit s’appliquer. Quand il n’y a pas d’accord la loi dit que c’est le 16 mai qui est la journée de la solidarité” a déclaré Jean-Pierre Raffarin. Accords d’entreprise ou vrai mouvement de grogne, ce premier jour “férié-travaillé” n’a pas fini de susciter la polémique. A l’origine, cette journée de solidarité envers les personnes âgées devait rapporter près de deux milliards d’euros à l’Etat.