DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Otage italienne en Afghanistan : la piste islamiste écartée

Vous lisez:

Otage italienne en Afghanistan : la piste islamiste écartée

Taille du texte Aa Aa

De nombreuses femmes se sont rassemblées dans le centre de Kaboul. Des femmes qui, derrière leur burka, réclament la libération de Clementina Cantoni, cette Italienne enlevée lundi soir à Kaboul. Il s’agit essentiellement de veuves dont s’occupait la ressortissante italienne à travers l’organisation Care International. Une mobilisation exceptionnelle qui vient conforter les efforts des autorités. Le porte-parole de la présidence afghane a confirmé les avancées, la prise d’informations, tout en expliquant que rien ne sera dévoilé pour préserver la sécurité de l’otage.

Dans les locaux de Care International, l’inquiétude prédomine. Le patron de l’agence afghane raconte : “(Les ravisseurs) ont essayé d’ouvrir les portes de notre voiture, mais elles étaient fermées à clé. Ils les ont défoncées avec leur kalachnikov, elles ont fini par s’ouvrir et ils ont emmené Clementina”.

Clementina Cantoni pourrait servir de monnaie d‘échange, c’est ce qui ressort de la revendication de ce matin. Les ravisseurs appartiendraient à un groupe criminel baptisé “groupe de Tela Mohammed”, qui aurait agi ainsi pour obtenir la libération de plusieurs prisonniers. La piste idéologique semble donc pour le moment écartée, d’autant que des groupes islamistes ont démenti être derrière cette prise d’otage.