DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cuba : la dissidence tente de s'organiser avec un premier congrès

Vous lisez:

Cuba : la dissidence tente de s'organiser avec un premier congrès

Taille du texte Aa Aa

C’est du jamais vu à Cuba. Pour la première fois depuis l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro en 1958, environ 200 opposants ont organisé un congrès près de La Havane. Objectif, définir une transition démocratique. La dernière tentative de rassemblement de ce type, en 1996, s‘était soldée par l’arrestation de la plupart des leaders de l’opposition.

Plusieurs observateurs occidentaux étaient présents, tout du moins ceux qui sont passés à travers la vague d’interpellations et d’expulsions organisée par le régime castriste. Au total plus d’une dizaine de parlementaires et journalistes européens ont ainsi été renvoyés, pour la plus grande indignation de Bruxelles. Reste que cette grande première en matière de liberté de réunion n’a pas convaincu tout le monde. Une partie de la dissidence – soit une quinzaine de mouvements – a refusé de participer. En parallèle, pour contre-attaquer et peut-être détourner l’attention, Fidel Castro a joué la carte des révélations. Dans un discours devant 200 000 personnes à La Havane, il a annoncé avoir été à l’origine d’une coopération avec les Etats-Unis, au temps de Bill Clinton, dans la lutte contre le terrorisme.