DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le chef de l'Etat français a annoncé une "nouvelle impulsion" après le 29 mai

Vous lisez:

Le chef de l'Etat français a annoncé une "nouvelle impulsion" après le 29 mai

Taille du texte Aa Aa

Renverser la tendance, c’est ce que s’est évertué hier soir à faire le chef de l’Etat. L’Europe serait en panne en cas de refus français de la Constitution, a déclaré Jacques Chirac lors d’une allocution télévisée. Reste qu‘à deux jours du scrutin, ce sont les partisans du oui qui affectent une panne non négligeable puisque deux sondages prédisent une victoire du non.

“Dimanche, c’est de l’Europe et de l’avenir de la France en Europe dont il s’agit, a déclaré Jacques Chirac. C’est une responsabilité historique qui engage chacun de nous. Faisons le choix de la confiance en nous même, faisons le choix d’une France forte. Dimanche, chacun aura entre ses mains une partie du destin de la France” a notamment déclaré le président français. Aujourd’hui les commentateurs font le bilan de son intervention. Si les manchettes des quotidiens louent le ton solennel et l’annonce de “cette nouvelle impulsion” que Jacques Chirac compte donner à sa politique après le 29 mai, difficile de résister à l’arrogance du non. En quatre jours, son avance s’est accrue. Il bénéficie de 55% des intentions de vote, contre 45% au oui. Reste les hésitants. Ceux qui semblent minés par l’incertitude. Ils seraient, toujours d’après les derniers sondages, 23% à ne pas avoir clairement exprimé d’intention de vote.