DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Italie secouée par deux affaires de terrorisme international

Vous lisez:

L'Italie secouée par deux affaires de terrorisme international

Taille du texte Aa Aa

Le bras de fer entre l’Italie et les Etats-Unis, acte deux. Après l‘épisode Calipari – l’agent secret tué en Irak lors de la libération de Giuliana Sgrena -, l’ambassadeur des Etats-Unis à Rome a été de nouveau convoqué par le chef du gouvernement Silvio Berlusconi pour un rappel à l’ordre tout à fait officiel.

En cause, une opération de la CIA sur le sol italien en 2003, “alors que les autorités italiennes n’avaient pas été prévenues”, déplore le gouvernement. Une situation très complexe qui passionne toute l’Italie, d’autant qu’elle est rendue encore plus compliquée par une autre affaire de terrorisme international. Le parquet de Gênes a annoncé le démantèlement d’une police parrallèle – un groupe illégal composé de militants d’extrême-droite – qui s‘était donnée pour mission de lutter contre le terrorisme. “Une organisation très structurée”, précise le procureur qui mène l’enquête, “une organisation qui cherchait à obtenir des soutiens financiers auprès de services de renseignements étrangers, auprès également des Etats-Unis, d’Israël et de l’OTAN”. L’organisation parrallèle, baptisée DSSA, aurait été constituée par deux responsables d’un syndicat de police – la vraie cette fois. Elle aurait vu le jour juste après les attentats du 11 mars 2004 à Madrid. Les deux hommes ont été interpellés et assignés à résidence. Pour l’instant, la justice reste très discrète sur les éventuels liens entre la DSSA et l’Etat italien.