DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

GB: le gouvernement ne voit pas le lien entre Irak et attentats de Londres

Vous lisez:

GB: le gouvernement ne voit pas le lien entre Irak et attentats de Londres

Taille du texte Aa Aa

Un rapport d’experts publié aujourd’hui par la très sérieuse Chatam House estime que le conflit a dopé Al-Quaïda et placé la Grande-Bretagne dans une situation à haut risque. Le ministre des Affaires étrangères est monté au créneau pour affirmer qu’il n’existait pas de lien entre les attentats et la situation en Irak. Jack Straw a tenu à rappeler que d’autres pays que ceux impliqués dans cette guerre avaient été récemment frappés par l’organisation terroriste. Dans son rapport, l’Institut Royal des Relations Internationales épingle les politiques britanniques du passé, accusées de laxisme à l‘égard des radicaux islamistes, longtemps abrités par Londres. Ses experts estiment surtout que le conflit irakien a renforcé la mouvance terroriste:

“l’invasion et l’occupation de l’Irak, grâce aux images qui nous parviennent, ont offert aux gens d’Al Quaïda un outil de propagande efficace qui leur permet d’entraîner des jeunes et de les conditionner,” déclare un des experts de la RIIA. De jeunes Britanniques, élevés dans le royaume mais nourris au fondamentalisme, comme l‘étaient les quatre kamikazes présumés de Londres. Pour au moins trois d’entre eux, leurs routes étaient récemment passées par le Pakistan. Scotland Yard cherche à en savoir plus sur leurs séjours à Lahore et Karachi. A Londres, le ministre de l’Intérieur Charles Clarke, tente, lui, de convaincre les responsables de l’opposition de se rallier à ses propositions pour durcir la législation anti-terroriste.