DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mieux communiquer sur l'Europe: la Commission européenne releve le défi

Vous lisez:

Mieux communiquer sur l'Europe: la Commission européenne releve le défi

Taille du texte Aa Aa

Il y a un vrai déficit d’informations: 7 citoyens européens sur 10 avouent ne pas comprendre le fonctionnement de l’Union européenne. Le plan d’actions de la Commission repose sur trois principes: l‘écoute, la communication et le contacts avec les citoyens. “Nous devons aller de l’avant, ce que j’appelle le plan D explique Margot Wallström, vice-présidente de la Commission chargée de la communication, à savoir : débats, dialogue et démocratie. Et je dois admettre que j’ai toujours été surprise par le fait que la démocratie et le renforcement de la démocratie n‘était pas prioritaire dans l’agenda politique de l’Union européenne.” Ce déficit d’informations s’accompagne d’une perte de confiance des Européens dans leurs institutions. Selon une enquête Eurobaromètres réalisé entre mai et juin dernier, c’est à dire pendant la campagne référendaire en France et aux Pays-Bas, l’image de l’Europe s’est dégradée. Les Britanniques, les Finlandais et les Autrichiens sont les plus frileux. A l’inverse les Irlandais, les Italiens et les Luxembourgeois ont la meilleure opinion de l’Europe.

Autre sujet soumis à sondage: le futur élargissement. Un soutien en baisse de 3 points par rapport à 2004 avec 50% d’opinions positives. Autre constat: les anciens membres de l’Union européenne sont les plus réticents à cet ouverture. Ainsi le Luxembourg, la France et l’Autriche font grise mine, Paris et Vienne arrivant en bas de tableau avec respectivement 32 et 31% d’opinions positives. A l’inverse les nouveaux membres souhaitent que la famille s’agrandisse. Les Slovènes, les Polonais et les Slovaques sont les plus favorables. Autre enseignement de ce sondage: la Turquie n’a pas la côte. L’adhésion d’Ankara est en effet rejetée par 52% des personnes interrogées, les plus hostiles étant les Autrichiens et les Chypriotes suivis par les Allemands et les Français.