DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Samir Geagea est libre

Vous lisez:

Samir Geagea est libre

Taille du texte Aa Aa

Après onze années passées à croupir dans les sous-sols du ministère de l’Intérieur, l’ex-chef des milices chrétiennes des forces libanaises, récemment amnistié par le Parlement, a recouvré la liberté. Quelques minutes après sa libération, il a été accueilli en héros aux côtés de sa femme à l’aéroport de Beyrouth. “Je n’ai jamais senti que j‘étais détenu car mon âme est restée libre” : Samir Geagea a su trouver cette phrase lyrique, qui a touché au coeur ses fidèles. Il a aussi lancé un message en faveur de la réconciliation au Liban: “Les années noires sont derrière nous, a-t-il déclaré. Si nous voulons bâtir un meilleur avenir pour les futures générations, nous devons travailler ensemble en prenant un autre chemin que celui qui a été suivi durant la guerre.”

Samir Geagea, un chrétien maronite âgé maintenant de 53 ans, a été un redoutable chef de guerre pendant la guerre civile libanaise de 1975 à 1990. Il a participé à tous les combats menés par la milice chrétienne des Forces Libanaises. Surnommé le “Hakim”, le docteur, en souvenir de ses études de médecine, Samir Geagea a préféré l’engagement militaire contre la mainmise de la Syrie sur son pays. Une obstination qui a fini par lui valoir plus de onze années de prison. Arrêté en avril 94, à l‘époque où Damas régnait en maître sur le Liban, il a écopé de quatre peines de réclusion à perpétuité, pour des attentats commis pendant la guerre, notamment celui qui a tué le Premier ministre Rachid Karamé en 1987. L’amnistie de Samir Geagea confirme la perte d’influence de la Syrie au Liban depuis son retrait fin avril dernier. Mais l’ex-chef de guerre reste sur le qui-vive, il tient Damas pour responsable de l’instabilité qui persiste au “pays du Cèdre”.