DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

IRA : trente ans de lutte armée

Vous lisez:

IRA : trente ans de lutte armée

Taille du texte Aa Aa

L’Armée Républicaine Irlandaise émerge au début des années 70. Le groupe paramilitaire combat pour la réunification de l’Irlande et la fin de la souveraineté britannique dans le nord de l‘île. L’IRA fait taire les armes en 1997 et soutient depuis le processus de paix. Toutefois en trente ans, ses nombreuses actions criminelles ont quelque peu entravé l’essor électoral de son aile politique, le Sinn Féin. Ces trentes dernières années ont été marquées par plusieurs attentats d’envergure. Celui d’Enniskillen en 1987 fait onze morts. Cet incident sera considéré plus tard par l’IRA comme une erreur, la lutte armée perdant du crédit dans l’opinion publique.

Après plusieurs périodes de cessez-le-feu, survient en 1995 l‘épisode Canary Wharf, un quartier d’affaires de Londres : deux morts et des millions d’euros de dégâts… Avec pour principale conséquence, la mise à l‘écart du Sinn Fein des négociations politiques. Peu à peu l’IRA est sommée de changer de tactique. Dans le cadre des accords du Vendredi Saint en 1998, le groupe a accepté de procéder au démantèlement de son arsenal. Mais l’absence d’un accord final entre Catholiques et Protestants gèle le processus. En juillet dernier, les chefs de l’organisation clandestine ont décidé de relancer le désarmement complet sous contrôle international. Côté britannique, afin de satisfaire certaines exigences catholiques, Tony Blair a relancé l’enquête sur le Bloody Sunday. Le 30 janvier 1972, treize participants à une marche pour les droits civiques interdite par les autorités sont tués par des soldats britanniques à Derry. Toute la lumière n’a pas encore été faite sur cette affaire. Les accords historiques du Vendredi Saint en avril 1998 devaient permettre de relancer les institutions autonomes. Mais les partis ne sont jamais parvenus à s’entendre sur son application pratique. L’attentat d’Omagh, quelques mois plus tard, perpétré par une branche dissidente de l’IRA n’a pas arrangé les choses. L’attaque fait 29 morts. Deux femmes enceintes sont au nombre des victimes. Ce jeudi, avec la renonciation aux armes annoncée par l’IRA, la voie de la démocratie devrait reprendre ses droits en Irlande du Nord. Quant à la relance du processus de paix, la balle est désormais dans le camp des Unionistes protestants.