DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ne pas revivre le cauchemar de Columbia

Vous lisez:

Ne pas revivre le cauchemar de Columbia

Taille du texte Aa Aa

Une chose est sûre, personne ne veut prendre le risque de revivre le cauchemar de février 2003, l’explosion de la navette Columbia peu avant son atterrissage aux Etats-Unis, et la perte de 7 astronautes. L’enquête avait révélé qu’une aile avait été endommagée au décollage par un fragment d’isolant détaché du réservoir externe. Exactement ce qui semble s‘être passé mardi… Irréparable, la navette Discovery serait vidée de son équipage et retomberait dans l’atmosphère pour se désintégrer. Sur Terre, la navette Atlantis est préparée pour s’envoler aussitôt que possible afin d’aller récupérer les astronautes hébergés dans l’ISS. A son bord quatre membres d‘équipages entraînés de longue date. La mission s’intitule Refuge.

Un scénario catastrophe digne d’Hollywood mais que la NASA a déjà préparé pour assurer la survie des astronautes. L’Agence américaine rappelle néanmoins que dans la plupart des missions des navettes spatiales, des morceaux se sont détachés sans conséquences. A bord de Discovery ont été embarqués des stocks de vivre et autres équipements de survie. Ainsi, les sept astronautes réfugiés qui s’ajouteraient aux deux membres permanents de l’ISS pourraient tenir plus d’un mois en orbite. Ils seraient alors neuf au total, dans une station conçue initialement pour trois personnes. Une mission de secours n’est pas sans risque, Atlantis pouvant connaître les mêmes défaillances au décollage que Discovery. Et au retour, la navette transporterait pas moins de 11 astronautes. Une première. Le moindre échec risque en tout cas de condamner de fait le programme américain de vols habités pour de longues années.