DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Discovery : l'espace pour atelier

Vous lisez:

Discovery : l'espace pour atelier

Taille du texte Aa Aa

Une mission dangereuse et inédite dans l’histoire de Discovery. L‘équipage de la navette est inquiet. Aujourd’hui l’astronaute américain Stephen Robinson va se rendre sous la navette. Suspendu à un bras robotisé, il doit retirer deux joints saillants des tuiles isolantes du fragile bouclier thermique. La Nasa a décidé d’entreprendre cette réparation trés risquée de crainte d’une réédition de la catastrophe de Columbia. Ces joints qui dépassent pourraient en effet provoquer une dangereuse surchauffe au moment de la rentrée dans l’atmosphère de Discovery. “Pour éviter ce problème, a expliqué un représentant de l’agence spatiale américaine, il suffit d’attrapper ces joints et de les retirer.”

Par liaison satellite, le président américain George W. Bush a tenu en personne à remonter le moral de l‘équipage de Discovery : “Je sais que vous avez un travail important à accomplir, a-t-il, et nous espérons que la mission sera un succés.” Ce à quoi Stephen Robinson, l’astronaute chargé de la réparation, a répondu: “Je dois être extrêmement prudent même si la tâche en elle-même paraît simple.” La principale crainte de Robinson est de heurter les tuiles thermiques avec son casque ou sa boîte à outils, des tuiles qui sont trés fragiles. C’est la première fois qu’un astronaute s’aventurera sur le ventre d’un engin spatial en orbite à 352 kilomètres au-dessus de la terre.