DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Toronto : épilogue miraculeux après le crash d'un Airbus A340

Vous lisez:

Toronto : épilogue miraculeux après le crash d'un Airbus A340

Taille du texte Aa Aa

Une carcasse disloquée et fumante, c’est ce qu’il reste de l’Airbus A340 d’Air France après son atterrissage catastrophe en bout de piste à Toronto, au Canada, hier à 22 heures, heure de Bruxelles. Le bilan aurait pu être lourd, il est miraculeux : les 297 passagers et 12 membres d‘équipage ont tous survécu à l’accident. On compte seulement une vingtaine de blessés légers. Parmi les passagers, c’est le soulagement, mêlé d’incrédulité :

“C‘était terrible. Je ne peux l’expliquer. Les mots sont inutiles. C‘était terrible, horrible, tout le monde criait. Le feu, la fumée, et l’on ne peut rien faire si ce n’est fuir. Je suis vivant, et je le crois toujours pas”, raconte l’un des passagers. “L’avion a piqué du nez, puis il a commencé à basculer sur la droite. Et le pilote a eu du mal à l’arrêter parce que ça secouait dans tous les sens”, ajoute un autre. “On a atterri, on a applaudi, puis tout à coup on a rebondi les uns sur les autres. Les roues ont dû être arrachées, car on a été projeté au sol, et on a été secoué dans tous les sens. Et là, je me suis dit qu’il y avait quelque chose qui clochait”, dit une femme. L’heure est désormais à la recherche des responsabilités : Air France a indiqué que l’appareil avait été inspecté le 5 juillet, sans qu’aucun problème technique ne soit décelé. Toujours selon Air France, peu avant l’atterrissage, l’aéroport de Toronto, fermé en raison de violents orages, avait été rouvert par les autorités canadiennes.