DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Il y a dix ans en Croatie, le plus grand déplacement de population dans les Balkans

Vous lisez:

Il y a dix ans en Croatie, le plus grand déplacement de population dans les Balkans

Taille du texte Aa Aa

Célébrations douloureuses aujourd’hui à Belgrade du dixième anniversaire de l’Opération Tempête. Une grande marche solennelle a eu lieu dans la capitale serbo-monténégrine en direction de l’ambassade de Croatie. Une messe dans l‘église Svéti Marko a par ailleurs été célébrée pour les victimes de cette opération qui aurait fait – selon les Serbes – plus de 2500 disparus. Le 4 août 1995, le général croate Ante Gotovina ordonnait le lancement de l’offensive Tempête, afin de chasser de la région de Krajina, le plus possible de citoyens serbes et d‘étouffer leurs vélléités de sécession. Objectif atteint, puisque près de 200000 Serbes avaient alors quitté le pays. En tout, le commissaire serbe pour les réfugiés estime qu’entre 91 et 95, 540000 réfugiés serbes ont fui la Croatie et la Bosnie. Depuis, beaucoup de ces réfugiés vivent dans des conditions d’extrême pauvreté et craignent souvent de rentrer en Croatie:“quand nous sommes arrivés ici, nous n’avions rien, explique cet homme, nous étions huit et dormions par terre. Des voisins nous ont aidé et on nous a donné des affaires. Pour vous dire franchement, nous n’avions rien à manger, et sans l’aide des voisins, nous serions morts de faim.

“On ne peut pas rentrer chez nous, estime cette femme, nous n’y trouverions pas la paix. J’aurais voulu avoir quelque-chose ici, un travail pour mon mari, ne pas dépendre des autres pour la nourriture, les vêtements, les chaussures.” Ces Serbes sont donc condamnés à vivre dans ce qui ressemble souvent à des taudis. Aujourd’hui encore, le succès de l’opération Tempête est considérée comme un haut fait d’armes par Zagreb. Si le retour des réfugiés est toujours une priorité pour le gouvernement serbe, celui-ci estime que la Croatie ne favorise pas vraiment une telle normalisation.