DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Iran : la crise sur le nucléaire à son plus haut point

Vous lisez:

Iran : la crise sur le nucléaire à son plus haut point

Taille du texte Aa Aa

Objet de vives tensions depuis le début des années 2000, le dossier du programme nucléaire iranien arrive aujourd’hui à un point de non-retour. Rejetant la dernière tentative de conciliation européenne, l’Iran annonce au contraire vouloir remettre en route le site d’Ispahan. Cette usine, à proprement parler, et celle de Natanz sont les deux outils iraniens de conversion et d’enrichissement d’uranium. “Les propositions européennes de compromis ne satisfont pas les exigences minimum de l’Iran et sont donc inacceptables, explique le porte parole du ministère des Affaires étrangères. Ces propositions ne respectent ni le traité de non-prolifération, ni les accords de Paris. Les Européens ne respectent pas leurs engagements.”

Pour les accords de Paris, signés en novembre 2004, les Iraniens avaient accepté de suspendre leurs activités nucléaires. Mais la découverte de tunnels sous la centrale d’Ispahan avait suscité de fortes craintes que l’Iran ne continue clandestinement ses activités ou ait, par le passé, réalisé des opérations illégales. Les négociateurs européens, France, Allemagne et Grande-Bretagne, ont proposé à l’Iran de lui fournir du combustible nucléaire à des fins civiles en échange de l’arrêt définitif de toute activité d’enrichissement. Conséquence du refus de Téhéran, une session extraordinaire de l’Agence internationale de l‘énergie atomique est convoquée pour mardi. Des experts de l’AIEA doivent par ailleurs se rendre en Iran cette semaine afin d’installer dans le site d’Ispahan des caméras de vidéo-surveillance. Ultime étape, peut-être, avant que le dossier ne soit soumis au conseil de sécurité de l’ONU.